Fabrice Eboué leader de la nouvelle scène comique

Fabrice Eboué est né en 1980 en banlieue parisienne. Ce métis franco-camerounais (comme ses ainés Yannick Noah et Cathy Guetta) exerce son humour, souvent sévère, depuis l’an 2000.

Il commence ses « one man show » dans des wagons de métro. Ensuite il enchaîne, les petits cabarets, ensuite les plus gros, les cafés-théâtre. Il redouble d’efforts, en effet, la nuit il joue ses sketchs et le jour il bosse à Disney Land à Marne la Vallée (Paris) pour joindre les deux bouts.

Il fini par décrocher des affiches dans des lieux de plus en plus côtés et auprès de personnalités de renom du comique en France, en vrac, un sélections des scènes qui l'ont fait connaître :

  • les café cabarets : Café Oscar, Trévise, Blancs Manteaux, Coups d’Humour
  • le plateau « Juste pour rire »
  • le Festival ATTAC en octobre 2002 avec un autre métis Dieudonné et avec Marc Jolivet et Christophe Lévêque
  • le théâtre de la Main d’Or,
  • le Bacchus de Rennes
  • le Théâtre de 10 Heures, le Trianon,
  • le Festival Courts et drôles.
Fabrice Eboué est maintenant devenu un des principaux leaders de la nouvelle scène du comique française.

Il fini par toucher le grand public une fois que Jamel Debouze le met en scène aux côtés de Patson, Ben et Thomas Ngijol entre autres. Après plusieurs années de travail il devient un membre éminent du Jamel Comedy Club et est dorénavant un des maîtres du stand-up français.

La tête ronde de métis de Fabrice Eboué est maintenant connue ainsi que son rire très typique : pour lui, aucun sujet n’est tabou : égalité / inégalité, dopage, immigration, homosexualité, drames divers. Sur les plateaux télévisés, il est devenu un véritable sniper, tout le monde le craint (cf la citation ci-dessous) !

Depuis septembre 2006, il devient familier des people et se stabilise dans le paysage audiovisuel français : il participe à l'émission de Marc-Olivier Fogiel, sur M6, « T'empêches tout le monde de dormir » et à celle de Laurent Ruquier « On va s'gêner ! » sur Europe 1.

(...) Oui. Mais je ne suis pas passé de rien à Jamel Debbouze. J’ai neuf ans de scène derrière moi. J’ai commencé avec huit spectateurs dans la salle. Il faut une certaine distance, un certain cynisme vis-à-vis de ce que l’on fait pour persévérer dans ces cas-là. Et puis jouer dans des petites salles, ça permet de désacraliser la scène, de devenir moins timide. Maintenant, sur le plateau de Fogiel (Fabrice Eboué intervient dans l'émission T'empêches tout le monde de dormir, ndlr), je suis entouré de cinq à six people à chaque fois. Et résultat, je me rends compte que ce sont souvent eux qui sont intimidés par moi, pas l’inverse. (...)

Fabrice Eboué se lance dans la comédie filmée via une série « Tongs et Bikini » tournée en Guadeloupe (île de Pascal Légitimus, on ne pourrait que souhaiter à Fabrice Eboué qu’il réussisse comme son aîné) que j’espère nous pourrons bientôt voir sur les ondes.

Actuellement (Avril 2008), vous pouvez le voir au 42 boulevard Bonne Nouvelle à Paris sur les planches du Comedy Club, le théatre « 100% stand up » de Jamel Debbouze.

Fabrice Eboué présente les Tokyo Hotel : LOL

Fabrice Eboué aligne littéralement Eve Angelie : trop fort

2 commentaires:

Ivann a dit…

ai reçu les réponses à notre interview de S D ! peux tu me contacter par e-mail que tu auras par ce commentaire...car ce serait bien de se coordonner de nos mises en ligne...je serais pour que sur IVannouissant je mette 4 questions réponses Ivannouissant et 4 Apologie et faire de meme dans un se cond article (donc faire deux articles...c plus lisible peut etre de couper en 2...) dis moi ce que tu en penses

Apologie du Metissage a dit…

C'est une excellente nouvelle !
Je te fais un mel ce jour
a tte

En accès direct, je vous propose ci-dessous une liste non exhaustive, par ordre chronologique, des premiers métis à s'être distingués entre le 16ième et le 19ième siècle !
Vous trouverez ci-dessous une liste de beautés métisses célèbres : mannequins, actrices, chanteuses, musiciennes ou les 4 en même temps qui rayonnent sur les 20ième et 21ième siècles.
Google